28.1 C
Dakar
jeudi, juillet 11, 2024

« Les espaces transfrontaliers de l’Uemoa renforcent les liens sociaux et culturels » (Ministre)

Les ministres de l’aménagement du territoire et de la gestion des frontières des Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine  (UEMOA), de la Guinée et de la Mauritanie, se sont réunis ce jeudi à Dakar, pour examiner et valider le projet de document du Schéma d’Aménagement Transfrontalier Intégré (SATI) du Bassin du Fleuve Sénégal, un espace qui comprend la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.

L’ouverture des travaux a été présidée par le Ministre sénégalais de l’Urbanisme, des Collectivités territoriales et de l’Aménagement des Territoires, Moussa Balla FOFANA, en présence du Ministre malien de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du Territoire et de la Population, Imirane Abdoulaye TOURE et des représentants de la Guinée et de la Mauritanie.

Dans son discours d’ouverture, Moussa Balla FOFANA a situé les enjeux de la rencontre. « Cette zone du Bassin du Fleuve Sénégal confère à nos pays un destin commun autour du Fleuve Sénégal et d’espaces transfrontaliers constituant une opportunité de développement économique et de renforcement des liens sociaux et culturels. »

 

Pour le Ministre FOFANA, le Schéma d’Aménagement Transfrontalier Intégré (SATI) du Bassin du Fleuve Sénégal est un important outil de développement. « La mise en œuvre du SATI permettra ainsi de concrétiser, sans nul doute, notre volonté de nouer un partenariat fécond dans l’élaboration des outils de planification et le partage d’expériences », dira-t-il.

 

« Il permettra également de renforcer la résilience et d’accélérer le développement de nos villes frontalières qui constituent des lieux où se consolident les liens sociaux entre les peuples, devenant ainsi de grands centres d’activités économiques et de socialisation au niveau des espaces transfrontaliers, consolidant les relations sous régionales », a-t-il ajouté.

Le Président du Conseil des Collectivités Territoriales (CCT) de l’UEMOA a pour sa part rappelé que c’est dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Coopération transfrontalière Locale (PCTL), financé par la Commission de l’UEMOA et la Coopération suisse, que les SATI ont été élaborées.

« Le bilan que l’on tire des SATI élaborés est satisfaisant et encourageant. Ils ont permis de financer des projets d’investissements prioritaires pour le bien-être des populations. Il s’agit des infrastructures marchandes, les pistes de désenclavements, l’aménagement des périmètres pour la production agricole et l’amélioration de l’accès à l’eau potable », a-t-il insisté.

L’Union appuie les Etats dans le processus d’aménagement des territoires depuis l’adoption le 10 janvier 2004 à Niamey de la Politique d’Aménagement du Territoire Communautaire. Cette politique a prévu au niveau de l’axe 4 : « le Développement de la solidarité communautaire et le renforcement de la cohésion sociale ».

C’est de cette politique que « le Programme de Coopération Transfrontalière Locale que l’UEMOA met en œuvre depuis 2016, tire son essence. Ce programme invite les Etats et les différents acteurs, à proposer et à réaliser des projets communs, structurants et concrets qui sécurisent les populations, en même temps qu’ils répondent à leurs besoins en termes de couloirs d’interpénétration et d’intégration économique et sociale » dira le Commissaire Jonas GBIAN dans son intervention.

A noter que plusieurs schémas d’Aménagement Transfrontaliers Intégrés sont en cours de mise en œuvre à travers l’espace communautaire.

Il s’agit notamment des SATI de la zone Sikasso Korogho Bobo Dioulasso (Burkina Faso, Mali, Côte d’Ivoire), de l’espace IRSAHEL (Burkina Faso, Mali, Niger), du Dendi Ganda (Bénin-Niger-Nigeria) de la bande Côtière Sud Bénin et Togo, de la Volta Noire (Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Ghana) et maintenant celui du Bassin du Fleuve Sénégal.

Le Commissaire chargé du Département de l’Aménagement du Territoire Communautaire et des transports, Jonas GBIAN, l’Ambassadeur de la Confédération suisse au Sénégal, Andrea SEMADENI, la Représentante résidente de la Commission à Dakar, Aïssa KABO et le Président du Réseau des Maires du Bassin du Fleuve Sénégal (RMBFS), Ibrahima Bara SALL ont également pris part à la cérémonie. L’EconomisteSenegal

Related Articles

Stay Connected

0FansJ'aime
3,913SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles