25.1 C
Dakar
vendredi, juin 14, 2024

Sénégal : la croissance projetée à 7,1% en 2024 (FMI)

Les perspectives économiques du Sénégal restent favorables, selon le Fonds monétaire international (FMI) qui note que la croissance économique pour 2024 est projetée à 7,1 % contre 8,3 % auparavant.

Cette situation, selon une déclaration du FMI, reflète une activité économique impactée au premier trimestre par le contexte électoral et un démarrage retardé de la production de gaz jusqu’en décembre 2024.

La déclaration a été faite au terme du séjour (25 avril -3 mai 2024), d’une équipe du FMI, dirigée par M. Edward Gemayel, pour faire le point sur les développements économiques et politiques récents et jeter les bases de discussions de la seconde revue du programme soutenu par le FMI.

En 2023, l’économie sénégalaise a fait preuve de résilience en dépit d’un contexte difficile. Malgré les tensions politiques autour de l’élection présidentielle et les chocs extérieurs, la croissance économique a dépassé les attentes (4,6 %), reflétant une bonne campagne agricole et un secteur tertiaire solide.

L’inflation a également connu une baisse plus rapide que prévu, retombant à 5,9 %.

Des dépenses élevées de subventions à l’énergie (620 milliards de francs CFA, soit 3,3 % du PIB) et d’intérêts sur la dette ont été compensées par des réductions des dépenses d’investissements afin de contenir le déficit budgétaire à 4,9 % du PIB, conformément à l’objectif du programme.

En outre, le gouvernement a constitué des réserves de liquidités en prévision de l’élection présidentielle, ce qui a contribué à une augmentation de la dette du gouvernement central (73,4 % du PIB) au-delà du plafond de dette fixé dans le cadre de l’UEMOA.

Le déficit du compte courant est resté important (18,8 % du PIB), reflétant la faiblesse persistante des exportations de biens.

La croissance de l’activité économique au premier trimestre 2024 a été plus faible que prévu, du fait des incertitudes politiques liées à l’élection présidentielle.

Les indicateurs de conjoncture montrent que la croissance de l’activité économique a été modérée, les entreprises ayant reporté leurs investissements et les consommateurs réduit leurs dépenses.

L’inflation s’est repliée à 3,3 % (en glissement annuel).

L’exécution du budget a été marquée par une moins-value au niveau des recettes et un dépassement du coût des subventions à l’énergie par rapport à l’enveloppe budgétaire initiale.

L’EconomisteSenegal

 

 

 

Related Articles

Stay Connected

0FansJ'aime
3,913SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles