21.5 C
Dakar
jeudi, avril 25, 2024

Action climatique : L’Afrique toujours en quête de financement

« Le financement de l’action climatique en Afrique n’a pas été accordé, malgré les promesses»  a déploré le ministre égyptien des affaires étrangères et Président désigné de la COP27, Sameh Shoukry. Il a dit espérer que la « COP27 est une chance de le faire ».

Il a tenu ses propos lors de la deuxième édition du Forum d’Égypte pour la coopération internationale et le financement du développement Egypt-ICF 2022, et la réunion des ministres africains de l’Économie, des Finances et de l’Environnement, qui s’est tenue sous les auspices du 7 au 9 septembre, à Al Masa Convention Center, dans la nouvelle capitale administrative égyptienne.

En 2009, les pays riches avaient promis de débloquer 100 milliards de dollars chaque année dès 2020 pour aider les pays en voie de développement dans leur transition écologique. Une promesse pas encore tenue.

L’on rappelle que la 27ème conférence annuelle de l’ONU sur le climat sous la présidence de l’Egypte aura lieu à Sharm El-Sheik du 6 au 18 novembre 2022.

Les ministres ont abordé un certain nombre de questions urgentes, notamment la nécessité d’augmenter le financement du secteur privé, de réduire le coût de la finance verte, les échanges de dette contre le climat et d’investir dans des infrastructures durables.

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) a calculé que le changement climatique coûtera en moyenne 5 % du PIB des pays africains d’ici 2030, sur la base d’un scénario de deux degrés de réchauffement. Si les températures augmentent encore, des régions comme le Sahel pourraient perdre jusqu’à 15 % de leur PIB. Les pays africains doivent respecter leurs obligations au titre de l’Accord de Paris ; mais cela nécessite un financement.

                      Faire face aux pénuries de liquidités

La CEA déclare que plus de fonds seront nécessaires pour cela que ceux qui ont été mobilisés jusqu’à présent. En outre, elle souligne que les instruments pour les mobiliser doivent être à la hauteur et répondre aux circonstances spécifiques de l’Afrique.

Hanan Morsy, Secrétaire exécutive adjointe de la CEA, déclare qu’amplifier la voix de l’Afrique dans les débats économiques mondiaux est essentielle pour une répartition juste et équitable du financement climatique. Le continent a le moins contribué au changement climatique, déclare-t-elle – moins de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre – mais sera le plus touché et a l’une des capacités d’adaptation les plus faibles de toutes les régions du monde.

Mme Morsy dit que la CEA a donné la priorité à l’aide aux pays africains pour faire face aux pénuries de liquidités dans un contexte de resserrement des conditions financières mondiales. À l’avenir, l’inclusion des Pays à revenu intermédiaire dans le cadre commun du G20 devra être une priorité essentielle. Il en est de même pour une autre émission de DTS, avec une plus grande part allouée à l’Afrique.

  1. Mohamed Maait déclare que l’Égypte s’efforce d’unir la voix de l’Afrique pour la COP27, afin de réduire les inégalités d’accès au financement climatique. Il fait également remarquer des initiatives en cours de l’Égypte qui peuvent être citées en exemple, comme l’émission de la première obligation verte souveraine en Afrique du Nord. L’Égypte pourrait partager les meilleures pratiques en matière de financement innovant avec d’autres pays africains, déclare-t-il.

                         Soutenir la croissance verte

Lors d’une table ronde organisée par la CEA sur l’échange de la dette publique contre des investissements dans la résilience climatique, Jean-Paul Adam, Directeur de la Division de la technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles de la CEA, souligne la nécessité d’intensifier les échanges dette-nature. Ils peuvent, dit-il, lever des capitaux pour faire face aux défis environnementaux et soutenir la croissance verte.

La réunion a discuté de la nécessité de créer un nouveau cadre visant à lier la gestion de la dette aux objectifs de résilience climatique, et a chargé la CEA d’élaborer une proposition de Centre de dette souveraine durable pour aider les pays à refinancer la dette existante ou à émettre une nouvelle dette alignée sur les objectifs climatiques et en utilisant les Indicateurs de performance clés.

Les ministres ont examiné les moyens de refinancer la dette existante pour investir dans la nature par le biais d’un tel centre, affirmant que les objectifs qui reflètent la véritable valeur du capital naturel ne sont actuellement pas bien reflétés sur les marchés de la dette, y compris les marchés de la dette souveraine.

Afin d’améliorer l’apprentissage par les pairs et de favoriser un dialogue entre les gouvernements et les agences de notation, la CEA a également organisé un atelier sur la manière dont la notation souveraine et la Facilité de liquidité et de durabilité (LSF) pourraient soutenir le programme vert des pays.

L’Initiative de la Grande Muraille bleue a suscité un immense intérêt en tant qu’opportunité de générer de nouveaux investissements dans le climat et la nature. La Grande Muraille bleue vise à stimuler le développement des ressources côtières et marines de l’Afrique – le secteur de l’économie bleue, qui est estimé par la CEA à 10 milliards de dollars par an. Il vise à lever la première obligation bleue régionale. La Somalie a exprimé son intérêt à rejoindre l’Initiative et à utiliser la boîte à outils d’évaluation de l’économie bleue de la CEA.

Une coopération Sud-Sud avec l’Égypte a été proposée, car elle a démontré de grands progrès dans la lutte contre la pénurie d’eau et notamment grâce à son projet global NFWE – abordant le lien entre la sécurité alimentaire, l’eau et l’énergie.

Entre autres questions, le forum a également examiné le développement des marchés du carbone en Afrique, reconnaissant qu’un marché du carbone à haute intégrité est une incitation efficace pour accroître l’ambition tout en mobilisant des ressources pour investir dans les ODD et les objectifs climatiques.

La CEA soutient actuellement le développement d’un Registre de crédit carbone à haute intégrité pour le Bassin du Congo, qui vise à renforcer les capacités des pays de la région et à garantir des résultats significatifs pour les communautés.

Un communiqué conjoint publié à l’issue de la réunion des ministres a demandé à la CEA de présenter une proposition visant à créer un Centre de dette souveraine durable. Il fait valoir qu’un tel Centre pourrait réduire le coût du capital pour les Pays en développement, qu’il soutiendrait la possibilité d’entreprendre des conversions de dette pour l’adaptation au climat et rendrait les marchés de la dette souveraine réactifs au changement climatique et à la restauration de la nature, en particulier dans les pays confrontés à des problèmes de financement en raison de chocs exogènes.

Clôturant la conférence, la Secrétaire exécutive adjointe, Hanan Morsy, souligne que si les solutions africaines ont besoin de soutien, elles souhaitent concevoir leurs propres réponses : « Les pays africains ont besoin de soutien et les promesses doivent être tenues. Mais les pays africains sont déterminés à être également les propriétaires et les moteurs de leurs propres solutions. C’est ce que nous avons vu lors de cet ICF et nous félicitons une fois de plus le Gouvernement égyptien et le Président désigné de la COP27 pour ce leadership.

L’économiste Sénégal

 

Related Articles

Stay Connected

0FansJ'aime
3,913SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles