27.1 C
Dakar
jeudi, juillet 11, 2024

Le Sénégal intègre le Forum des pays exportateurs de gaz

Le Sénégal  est devenu officiellement ce vendredi, membre observateur du Forum des pays exportateurs de gaz, a annoncé un communiqué du ministère du Pétrole, au sortir d’une réunion ministérielle tenue à Alger entre les pays membres de cette organisation.

Le GECF, créé par un accord intergouvernemental, regroupe déjà 19 nations, dont 12 membres à part entière et sept membres observateurs. Avec l’adhésion du Sénégal, le nombre total de pays participants s’élève désormais à 20.

Selon ce club, ses membres représentent 70% des réserves mondiales prouvées de gaz et 51% des exportations mondiales de gaz naturel liquéfié (GNL).

Selon le communiqué du ministère du Pétrole et des Énergies, le GECF s’engage fermement à soutenir les droits souverains de ses membres sur leurs ressources en gaz naturel. Il vise également à encourager une gestion responsable et durable de ces ressources, en harmonie avec les impératifs environnementaux, dans l’intérêt des populations.

Le ministre du Pétrole et des Énergies, Antoine Félix Abdoulaye Diome, qui a représenté le Sénégal lors de cette réunion historique, a exprimé sa gratitude envers ses homologues pour la confiance accordée au Sénégal et pour cette opportunité majeure offerte au pays.

Le ministre relève l’importance pour le Sénégal de tirer profit des expériences des autres membres du GECF en matière de production, de gestion des ressources gazières et de formation.

Selon le communiqué, l’adhésion du Sénégal au GECF en tant que membre observateur s’avère être un catalyseur pour « l’utilisation judicieuse » de ses ressources naturelles.

Cette intégration vers une utilisation plus efficiente du gaz naturel revêt une importance capitale pour le développement du pays, notamment à travers la stratégie « Gas to Power ».

Cette stratégie, axée sur l’utilisation du gaz pour la production d’électricité, contribuera à l’objectif d’un accès universel à l’électricité d’ici 2026, tout en favorisant l’industrialisation du Sénégal par la réduction des coûts de production.

De vastes gisements de pétrole et de gaz ont été découverts au Sénégal ces dernières années. Les réserves des blocs de Rufisque et de Sangomar (ouest du Sénégal) sont évaluées notamment à plus d’un milliard de barils de pétrole. Le gisement de gaz naturel Grand tortue/Ahmeyim (GTA), à la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal, est aussi prometteur avec des réserves estimées à 900 milliards de mètres cubes.

Initialement prévue fin 2023, la mise en exploitation des hydrocarbures au Sénégal est désormais attendue cette année.

L’EconomisteSenegal

 

Related Articles

Stay Connected

0FansJ'aime
3,913SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles